COVID-19 : L’aide aux devoirs maintenue à distance

Les bénévoles de l’atelier d’aide aux devoirs encadré par l’Espace Jeunes Christian Ridel se sont adaptés aux mesures de confinement. Ils continuent leur mission auprès des collégiens par téléphone et Internet. 

Les bénévoles de l'atelier d'aide aux devoirs continuent d'accompagner les collégiens à distance à Granville.

130

C’est le nombre d’ateliers d’aide aux devoirs assurés en moyenne par année scolaire.

Pratique

Pour participer à l’atelier d’aide aux devoirs piloté depuis une dizaine d’années par l’Espace Jeunes, il suffit de prendre une adhésion dans la structure et de se faire connaître au moment de la rentrée.

« On s’adapte ! » Christine, Claire, Catherine, Caroline, Isabelle et Daniel ne peuvent plus assurer les huit créneaux d’aide aux devoirs habituels (lundi, mardi, jeudi et vendredi, de 17h à 18h, et de 18h à 19h) proposés par et à l’Espace Jeunes de la collectivité. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles : ils aident les 16 collégiens inscrits cette année à l’atelier à distance.

« Les bénévoles ont donné leurs coordonnées personnelles aux jeunes qui le souhaitaient », explique Mickäel Henquinet, directeur de l’Espace Jeunes Christian Ridel.

« Quatre m’ont déjà appelé pour me demander de les aider », raconte Daniel. Le professeur de Sciences de la Vie et de la Terre retraité demande aux jeunes qui le contactent de lui envoyer une photographie de leur cahier afin d’avoir sous les yeux les exercices. « Je les rappelle ensuite pour les aider à comprendre l’énoncé sans leur donner les réponses, bien sûr. »

La tâche est forcément un peu plus compliquée que d’habitude étant donné que les bénévoles ne peuvent voir directement ce qu’écrivent les jeunes sur leurs feuilles… « Mais on persiste ! »

Les ateliers qui peuvent durer plus d’une heure se font à la demande. Les élèves appellent « s’ils le souhaitent » les bénévoles en fonction des matières qu’ils ont enseignées, enseignent encore ou dans lesquelles ils sont plus à l’aise.

Finalement, il n’y a qu’une règle qui s’impose : respecter l’autre en appelant à des heures décentes…

2020-04-23T14:57:09+02:00