NEVA expérimente des alternatives à l’utilisation du gasoil

Après plusieurs mois de recherche de solutions d’énergies alternatives au gasoil pour son réseau de transport urbain NEVA, la Ville de Granville a décidé de lancer trois expérimentations simultanées mi-novembre 2019. La collectivité espère que ces solutions répondront à son souhait : disposer d’un réseau de transport urbain respectueux de l’environnement.

 

Les trois expérimentations simultanées qui vont être menées sont :

  • L’essai d’un midibus électrique de la marque BYD (véhicule assemblé en France à Beauvais) sur les deux lignes urbaines du réseau du 14 novembre au 9 décembre 2019
  • L’installation du système Eco l’eau sur deux bus et un car de la ville de Granville de début novembre 2019 à début avril 2020
  • L’utilisation d’un biocarburant, l’énergie Oléo 100 (huile de Colza), à la place du gasoil pour trois bus et un car de la Ville de Granville de fin novembre 2019 à fin avril 2020

« Ces expérimentations sont le fruit d’une réflexion que nous menons depuis plus d’un an », assure Jennifer Robidel, responsable du service transports et déplacements de la commune.

L’énergie Oléo 100

Oléo 100 est un biocarburant à base d’huile de colza. En plus d’être un co-produit de l’agriculture française – l’énergie est fabriquée en Normandie par la société Saipol du groupe Avril -, Oléo 100 émet moins de Co2 et de particules fines que le gasoil. Ce carburant a été négocié par la collectivité au prix du gasoil. Il sera livré et stocké dans une cuve installée sur le site du garage municipal. Il peut être utilisé dans les bus et cars de la Ville.

Le midibus électrique

L’essai du midibus électrique va permettre à la collectivité de savoir si la topographie du territoire et le type d’exploitation de NEVA sont compatibles avec l’utilisation de bus électriques. Le véhicule pouvant accueillir jusqu’à 60 voyageurs a une autonomie de 180 km. Son temps de charge est compris entre 2h30 et 3h. « La société BYD collecte elle-même l’électricité solaire et fabrique ses batteries certifiées et ses chargeurs », indique Jennifer Robidel.

Le système Eco L’eau

Inventé et développé par une entreprise française, le système Eco l’eau consiste à injecter de l’eau dans l’air servant à la combustion du gasoil. Il est installé sur le moteur des véhicules. Son utilisation présente plusieurs atouts : elle réduit les émissions de Co2 et de particules fines et permet de réaliser une économie financière significative. Le réseau de transport urbain teste ce système depuis début novembre.

« On s’inscrit dans une démarche de développement durable pour préparer l’avenir », poursuit Jennifer Robidel.

Réduire les émissions de Co2 et de particules fines n’est pas le seul objectif de la collectivité. Celle-ci souhaite rouler propre tout en réalisant une économie financière.

À l’issue de ces expérimentations, fin avril 2020, le service transports et déplacements de la Ville de Granville analysera les résultats, comparera les systèmes entre eux et collectera le retour des agents commerciaux de conduite.

2019-11-14T18:19:28+01:00