Prenez la parole

Les électeurs granvillais ont la possibilité d’interpeller le Conseil municipal pour l’inscription d’un sujet à son ordre du jour.

La Charte ci-dessous précise les modalités d’utilisation de ce droit pour les Granvillais de 18 ans et plus. Après avoir pris connaissance du contenu de cette charte, vous pouvez transmettre votre question via le formulaire ci-dessous.

Droit d’interpellation citoyenne

Formulaire de droit d’interpellation citoyenne

    La personne responsable du traitement est le maire de la Ville de Granville.

    Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par la Ville de Granville pour recueillir les questions posées par les électeurs granvillais dans le cadre du droit d’interpellation citoyenne.

    Elles sont conservées pendant 1 an.

    Conformément à la loi « informatique et libertés », vous pouvez exercer votre droit d’accès aux données vous concernant et les faire rectifier en contactant : Ville de Granville – Hôtel de Ville – Cours Jonville – 50400 GRANVILLE - webmaster@ville-granville.fr

    Droit d’interpellation citoyenne : les dernières questions traitées

    Les réponses du Conseil Municipal au Droit d’Interpellation Citoyenne

    Rapporteur : N. HEDOUIN

    DROIT D’INTERPELLATION CITOYENNE

    Question de Mme PENET concernant l’extinction des lampadaires à 22h, la différenciation d’éclairage selon les quartiers et le sens de ces choix.

    1. Gaylord NIOBEY précise que tous les éclairages ne sont pas éteints. Les axes principaux et le centre-ville restent allumés car ils sont les plus fréquentés et pour des questions de sécurité. Seuls les secteurs dont les éclairages étaient déjà éteints à 0h30 l’hiver et 2h l’été sont concernés par une extinction à 22h.
    2. Gaylord NIOBEY revient sur l’historique de cette décision.
    • 29 octobre 2020 – 2ème confinement : Un premier réglage est effectué afin d’éteindre les lampadaires à 23h au lieu de 0h30
    • 15 décembre 2020 – Couvre-feu de 20h à 6h (avec une date de fin annoncée au 20 janvier 2021) : L’extinction des lampadaires à 23h est prolongée jusqu’au 20 janvier.
    • Mi-janvier – couvre-feu de 18h à 6h (sans date de fin) : L’extinction de l’éclairage est programmée à 22h, après avoir constaté le peu d’activité dans les rues à partir de cet horaire, et après consultation de la Police nationale.

    L’extinction anticipée de l’éclairage public a permis à ce jour de réaliser une économie d’énergie d’environ 100 mégawatt (soit la consommation annuelle d’une dizaine de pavillons), qui se traduit financièrement par une économie de 14 180€. Le coût des réglages successifs s’élève quant à lui à 6 690€.

    Ce choix s’explique donc par ses répercussions écologiques et financières.

    Question de Mme SARASIN, concernant le manque de décoration de Noël dans le quartier HLM des Tamaris au regard du centre-ville. Mme SARASIN propose la plantation d’un sapin, ce qui permettrait aux habitants du quartier de le décorer.

    1. Guillaume VALLEE annonce que le programme d’installation des décorations de Noël est en cours de révision. Le premier objectif de ce plan est de combler les manques en termes de décoration, la première tranche d’intervention concerne le quartier Saint-Nicolas.

    Concernant la plantation d’un conifère, Manon DESVAGES explique que, s’il y a bien un projet de plantation d’arbres qui va être mis en œuvre au niveau de la ville, il est avant tout fait le choix de privilégier les essences locales. Manon DESVAGES invite les habitants à faire part de leurs suggestions de lieux de plantation. Il sera par ailleurs tout à fait possible de décorer les arbres en période de fête, quelle que soit leur essence.

    Question de M. LE FRANT concernant l’entretien du chemin des Minquiers reliant le chemin de Noroit au Plat Gousset, et l’ouverture d’un sentier entre les jardins du Musée Dior et Donville-les-Bains.

    Monsieur LE FRANT a souhaité interpeller le Conseil municipal au sujet de l’entretien du chemin des Minquiers reliant le chemin de Noroit au Plat Gousset. Il indique que le sentier et les escaliers sont fréquentés par de nombreuses personnes et que d’importants travaux d’entretien seraient nécessaires. Il préconise, à cette occasion, plusieurs actions à envisager et à budgéter.

    Enfin Monsieur LE FRANT souhaite également l’ouverture d’un sentier entre les jardins du musée Dior et Donville-Les-Bains.

    Concernant le sentier reliant le jardin Dior à la ville de Donville-les-Bains, Mme BEAUJARD explique que cette partie du GR 223 a été interrompue en 2010, à la suite de la découverte d’une faille dans la falaise.

    Des relevés et études sont réalisés régulièrement afin d’évaluer l’évolution de cette faille. La dernière, réalisée en 2019, atteste d’un approfondissement et d’un affaissement de la faille. Les inspections visuelles à l’intérieur de cette faille démontrent des évolutions inquiétantes depuis 2014, avec la chute de nombreux blocs. A ce jour, ces inspections ne sont plus possibles car trop risquées. En surface, la faille s’ouvre en moyenne de 18 mm/an.

    Au regard de l’ensemble de ces éléments, il apparait donc impossible de rouvrir cette portion du sentier du littoral.

    Aussi, une réflexion est engagée avec la ville de Donville-les-Bains sur la continuité du GR 223. Actuellement les randonneurs sont contraints de passer soit par la route de Coutances, route principale de Donville, soit de traverser le cimetière Notre-Dame, qui n’a pas pour vocation d’être un lieu de passage.

    Un travail a également été lancé par la Ville, accompagnée de GTM et de Donville, pour réaliser une étude afin de déterminer s’il est envisageable de sécuriser la faille, et quel en serait le chiffrage exact.

    1. M. PICOT souhaite ajouter que la falaise et le GR 223 sont des compétences du Symel et du Département. Il convient donc de se tourner vers ces organismes pour d’éventuels appuis et financements.

    Par ailleurs, il souligne que le passage par le cimetière n’est pas forcément déplaisant.

    Mme BEAUJARD confirme que les différents organismes concernés seront sollicités, de même que les fonds lancés pour permettre les études sur les sentiers du littoral.

    Concernant le passage du cimetière, plusieurs avis ont été sollicités, dont celui du service en charge de son entretien. Si le passage est autorisé, son officialisation comme circuit de GR semble compliquée. La Fédération française de randonnée pédestre corrobore cet avis.

    En ce qui concerne l’entretien du chemin des Minquiers, et de l’escalier reliant le chemin du Noroit au Plat Gousset, M. WOJYLAC indique que les crédits prévus pour engager des travaux n’ont pour le moment pas été retenus, ce qui implique la fermeture de l’escalier.