Quel projet pour le centre-ville ?

Nouvelle concertation

Quelles priorités ? Quel calendrier ? Quel budget ? C’était un engagement ferme de la Majorité municipale : que les grands projets de la Ville soient l’affaire de tous les Granvillais, que les décisions qui impactent notre avenir commun soient prises ensemble, dans la concertation.

D’ici quelques semaines, une nouvelle phase d’échanges sera lancée, pour décider concrètement de l’avenir du Centre-ville.

Il s’agira notamment de se concentrer sur le « cœur » de la ville : Cours Jonville, Cour Chartier, Val-ès-Fleurs… De nombreux lieux centraux de Granville sont aujourd’hui vieillissants, voire en friche. Il nous appartient de définir ensemble le nouveau visage que nous souhaitons leur donner, en faisant des choix: choix d’aménagements, choix de calendrier, choix de financement. Et en se fixant des priorités.

La capacité d’investissement de notre ville est plus ou moins de 5 millions d’euros par an, pour l’ensemble des projets de la commune. Il nous faudra être capable de faire simple, beau, et de répondre aux besoins des usagers du Centre sans délaisser pour autant les autres quartiers.

La Majorité municipale souhaite aller dans le sens d’un cœur de ville plus vert, profiter de ces travaux pour casser un peu de bitume ; elle souhaite aussi en faire un lieu convivial, chaleureux, accessible à tous. Elle veut enfin porter un meilleur partage de l’espace : réduire la place de la voiture, penser aux personnes à mobilité réduite, aux cyclistes, et à tous les flâneurs.

Courant juin, un premier questionnaire sera adressé à l’ensemble des Granvillais. La concertation durera jusqu’à l’automne.

L’objectif est d’entamer les aménagements du cœur de ville dès 2023. Ils viendront compléter l’aménagement de la voie douce et de la rue du Boscq, qui doivent commencer cette année.

« Nous l’avons toujours dit : le Projet 2030 GRANVILLE n’est pas notre projet. Si l’on estime son coût global, il représenterait plus de 100 millions d’euros. Nous voulons présenter un projet réaliste, cohérent avec nos moyens financiers. Un projet moins ambitieux mais que nous aurons une chance de mener effectivement à son terme et en concertation avec les habitants. »

« Un certain nombre de contraintes pèseront nécessairement sur ce projet : capacités d’investissement, conformité avec le plan local d’urbanisme, avis de l’architecte des bâtiments de France, opportunités de subventions, cohérence avec les projections de montée du niveau des eaux… Il est indispensable qu’elles soient bien connues de tous.  » Gilles MENARD